Docteur Agnès Guerre

PATHOLOGIE DES GLANDES SALIVAIRES
                                              Chirurgie maxillo-faciale et stomatologie à Paris

prise-de-rendez-vous


GONFLEMENTS DES GLANDES SALIVAIRES



Les glandes salivaires fabriquent la salive surtout lors des repas. En cas de blocage du canal ou de la glande, la salive ne peut pas s’évacuer et la glande gonfle.
Les symptômes sont en rapport avec les repas. Ils sont plus ou moins importants.

fond-couleur

1- Les symptômes


Gonflement glande parotide
La hernie salivaire correspond à un gonflement indolore de la glande durant une dizaine de minutes et disparaissant en fin de repas avec une sensation d’écoulement de salive dans la bouche.

La colique salivaire dure plus longtemps, souvent quelques heures et est douloureuse le plus souvent.

En l'absence de traitement ou d'expulsion spontanée du calcul, l’évolution se fait vers l’infection avec des accidents aigus potentiellement graves.

Les causes de blocage des glandes salivaires sont les lithiases (calculs), mais aussi les sténoses ou spasmes des canaux (rétrécissements des canaux, transitoires ou permanents).



fond-couleur

2- Les lithiases salivaires


lithiase

Approximativement 1,5% de la population présente un ou plusieurs calculs salivaires.
La localisation est submandibulaire dans les ¾ des cas, et ne touche qu’une seule glande. Leur composition est du phosphate de calcium et leur formation est génétiquement programmée.

La prise en charge commence toujours par le bilan échographique spécialisé, un CBCT (Cone Beam Computerized Tomography) et en dehors des périodes d’infections une sialographie ou un sialo-CBCT.



Après ce bilan complet et spécialisé, il faut envisager le traitement de la lithiase à proprement parler.
calcul-salivaire

Historiquement, seuls les traitements chirurgicaux étaient utilisés. Ils consistaient à l’ablation totale de la glande par voie cutanée. Cette chirurgie n’est pas sans risque pour les nerfs en contact direct avec les glandes à savoir les nerfs responsables de la motricité du visage, de la lèvre inférieure et de la langue ainsi que de la sensibilité de la langue.

Il existe actuellement des techniques minimum invasives : la sialendoscopie, les extractions par voie endobuccale, les techniques combinées et la lithotripsie extra-corporelle.

L’endoscopie des glandes salivaires (sialendoscopie) peut être réalisée grâce aux progrès de la technologie et à la fabrication de fibroscopes à fibres optiques flexibles ultrafins de moins d’un millimètre de diamètre et de matériel miniaturisé adapté. Le Docteur P. Katz en a réalisé la première mondiale en 1988.
Les ablations de calculs sont actuellement pratiquées à l’aide d’endoscopes ultra fins semi-rigides de 1.1mm de diamètre avec 2 canaux opérateurs (irrigation et instrumentation) sous anesthésie locale ou générale.
La lithiase est visualisée pendant que les instruments miniaturisés sont descendus par le canal opérateur, et la lithiase est alors extraite sous contrôle de la vue par les voies naturelles.
Les indications de cette procédure sont précisées par le bilan pré-thérapeutique spécialisé.

Les extractions endobuccales et les techniques combinées sont réalisées par voie endobuccale et ne laissent aucune cicatrice. Elles peuvent être envisagées en fonction des indications sous anesthésie locale ou générale.
Il s’agit de gestes conservateurs de la glande, bien tolérés mais nécessitant un certain entraînement chirurgical en raison de la proximité du nerf lingual.

La lithotripsie extra corporelle (LEC) correspond à la fragmentation des calculs salivaires par ondes de chocs électromagnétiques, les fragments ainsi obtenus s’évacuent par les voies naturelles.



fond-couleur

3- Les spasmes et sténoses


Des spasmes ou des sténoses des canaux évacuateurs peuvent créer les mêmes symptômes que les lithiases.
Il peut s’agir d’une sténose unique ou d’une vraie maladie sténosante avec des sténoses étagées de tout le canal pour laquelle un traitement médicamenteux particulier doit être instauré. Dans certains cas une dilatation des sténoses sous endoscopie peut être envisagée.
Toutefois de simples spasmes de l’ostium provoquent les mêmes symptômes. L’étiologie en est presque toujours le stress ou la prise de bains de bouche.



fond-couleur

4- Les gonflements permanents des glandes salivaires : les sialoses


Il est commode de rassembler sous le terme de sialoses les affections chroniques salivaires qui ne sont ni des infections, ni des tumeurs.
Elles entraînent une augmentation de volume (hypertrophie) des glandes salivaires, surtout des parotides associée à une dysfonction de ces glandes (douleurs, gonflements).
L’hypertrophie des glandes parotides porte le nom de parotidomégalie.
Les étiologies en sont très nombreuses, et nous ne citerons ici que les plus fréquentes. La maladie de Gougerot-Sjögren ou syndrome sec, la sarcoïdose, le diabète, l’alcoolisme, les troubles du comportement alimentaire (anorexie-boulimie), les régimes alimentaires très déséquilibrés, l’atteinte par le virus du VIH, les consommations chroniques de certains médicaments, les états de stress chronique … peuvent provoquer des parotidomégalies plus ou moins volumineuses et plus ou moins douloureuses.
Le traitement consiste en la prise en charge de la maladie générale, mais l'injection intra-glandulaire de toxine botulique peut s'avérer très efficace dans certains cas.



CETTE INFORMATION SUCCINTE NE PEUT EN AUCUN CAS SE SUBSTITUER À LA CONSULTATION MÉDICALE SPÉCIALISÉE.
DE LA MÊME MANIÈRE, POUR ÉTABLIR UN DIAGNOSTIC, LES DONNÉES DE CE SITE INTERNET SONT INSUFFISANTES.




Centre Chirurgical Carnot



12, Avenue CARNOT
75017 PARIS
Prise de rendez-vous :
+ 33 1 40 55 25 56



Clinique du Louvre



17, Rue des Prêtres Saint-Germain l'Auxerrois
75001 PARIS
Tél : 0826 30 60 60



Service de Chirurgie Maxillo-Faciale CHU Pitié-Salpétrière


47-83 Bd de l'Hôpital
75013 PARIS
Tél : + 33 1 42 16 13 61