Docteur Agnès Guerre

PATHOLOGIE DES GLANDES SALIVAIRES
                                              Chirurgie maxillo-faciale et stomatologie à Paris

prise-de-rendez-vous



INFECTIONS DES GLANDES SALIVAIRES


fond-couleur

1- Les infections bactériennes


Quand la salive stagne dans la glande en raison d’un obstacle à son évacuation (par une lithiase ou par un rétrécissement du canal), très rapidement elle s’infecte avec apparition de pus. On parle alors de sialite ou infection glandulaire.

L’infection de la glande parotide s’appelle parotidite et l’infection de la glande submandibulaire se nomme submandibulite.

Les signes cliniques sont alors évidents avec une glande augmentée de volume, tendue et douloureuse.
Un gonflement (oedeme) du plancher de la bouche ou de la joue est souvent associée.
Les douleurs sont importantes avec une irradiation vers l’oreille (pouvant simuler une otite), et elles sont significativement augmentées lors des repas, empêchant souvent l’alimentation.
La fièvre est fréquemment associée au tableau clinique.
A l’intérieur de la bouche, au niveau de l’orifice d’évacuation du canal salivaire concerné (Sténon ou Wharton) apparaît du pus lorsque l’on masse la glande.

Un traitement antibiotique adapté doit être instauré rapidement, et une surveillance par des échographies spécialisées régulières est indispensable afin de s’assurer de la guérison de la glande.
Le passage à l’infection chronique est en effet un risque important en cas d’absence ou d’inadaptation du traitement.
Notons à ce propos qu’aucun traitement médical ne permet de dissoudre les calculs salivaires.

fond-couleur

2- La parotidite récurrente juvénile de l’enfant


Chez l’enfant et l’adolescent, il existe une forme particulière de parotidite : la parotidite récurrente juvénile.
Il s’agit d’une maladie du jeune enfant ou de l’adolescent qui correspond à des infections bactériennes récurrentes d’une ou des deux glandes parotides, évoluant vers une destruction inexorable du parenchyme glandulaire au fur et à mesure des récurrences.


parotidite Issue de pus au niveau du canal de Wharton

Le premier épisode apparaît généralement vers l’âge de 1 ou 2 ans et est pris à tort pour une infection virale banale ou une otite et n’est donc pas traitée de manière adaptée.
Les enfants se mettent alors à présenter de plus en plus de crises douloureuses, avec des séquelles définitives à l’âge adulte au niveau de la fonctionnalité de leur glande.
Seule une prise en charge médicale rapide et adaptée permet d’éviter les récurrences et les séquelles.
En effet, si le traitement est instauré lors du premier épisode, il n’y a généralement aucune récidive.



fond-couleur

3- Les infections virales


Parallèlement aux infections bactériennes précédemment décrites, il existe au niveau des glandes salivaires des infections virales, les oreillons en étant l’étiologie la plus connue. Mais tous les virus ou presque peuvent avoir un retentissement salivaire, et surtout parotidien.
Il faut aussi savoir qu’une infection virale se surinfecte très rapidement avec surinfection bactérienne et donc nécessité de mise en place d’antibiotiques.

Les oreillons sont une infection générale de l’organisme par le virus ourlien, se produisant surtout chez l’enfant. Les symptômes les plus fréquents sont un gonflement douloureux des glandes parotides, uni ou bilatéral, associé à de la fièvre. Ce virus est aussi connu pour avoir un tropisme neurologique et testiculaire.
Normalement un patient vacciné ne peut contracter une nouvelle fois cette maladie, cependant il s’avère que des patients ayant eu une seule dose vaccinale lors de l’enfance peuvent développer à nouveau la maladie à l’âge adulte, surtout s’ils sont au contact étroit d’un jeune public.

La contagiosité de la maladie est connue, elle débute environ 1 semaine avant le début des symptômes et se termine une dizaine de jours après la fin. Les femmes enceintes (surtout lors du premier trimestre) sont particulièrement fragiles en cas d’exposition au virus.

Issue de pus au niveau de-orifice du canal de Stenon-parotide


Le diagnostic repose sur la clinique, l’échographie spécialisée des glandes et un bilan sanguin virologique (dosage sanguin des anticorps).

Un traitement médicamenteux spécifique doit être mis en place avec un recours rapide à l’antibiothérapie en raison de la surinfection de la salive et du parenchyme glandulaire.
Comme pour toutes les infections des glandes salivaires, une surveillance échographique régulière jusqu’à la guérison est indispensable.



fond-couleur

4- Les sialites pseudo-allergiques


La sialite pseudo-allergique est une entité particulière et souvent méconnue qui entraîne une errance thérapeutique allant parfois jusqu’à la consultation psychiatrique. Il s’agit de l’apparition d’un gonflement d’une ou plusieurs glandes, parfois douloureux lors des prises alimentaires ou des stimulations gustatives. Mais la maladie entraine surtout un prurit (démangeaisons) important des régions salivaires obligeant à l’arrêt de l’alimentation.
La glande se comporte donc comme si elle était « allergique » au simple fait de saliver.
Tant les glandes parotides que submandibulaire peuvent être touchées.
Même si la maladie a une corrélation directe avec le stress, les lésions glandulaires sont bien réelles et une prise en charge médicale spécifique et de longue durée est indispensable.



CETTE INFORMATION SUCCINTE NE PEUT EN AUCUN CAS SE SUBSTITUER À LA CONSULTATION MÉDICALE SPÉCIALISÉE.
DE LA MÊME MANIÈRE, POUR ÉTABLIR UN DIAGNOSTIC, LES DONNÉES DE CE SITE INTERNET SONT INSUFFISANTES.




Centre Chirurgical Carnot



12, Avenue CARNOT
75017 PARIS
Prise de rendez-vous :
+ 33 1 40 55 25 56



Clinique du Louvre



17, Rue des Prêtres Saint-Germain l'Auxerrois
75001 PARIS
Tél : 0826 30 60 60



Service de Chirurgie Maxillo-Faciale CHU Pitié-Salpétrière


47-83 Bd de l'Hôpital
75013 PARIS
Tél : + 33 1 42 16 13 61